Le festival vu par...

Les Petites Fugues 2016

© Photo : Helene Bamberger

Biographie

Julia Deck est romancière, née en 1974 à Paris.

Après des études de Lettres à la Sorbonne, conclues par un mémoire consacré à La Princesse de Clèves, elle part vivre un an à New York où elle obtient des petits boulots dans l’...

Le festival vu par Julia Deck, venue en 2016.

Julia Deck est romancière, elle est née en 1974 à Paris. Elle a notamment publié trois livres aux éditions de Minuit : Viviane Elisabeth Fauville en 2012 ; Le Triangle d'hiver en 2014 ; son dernier roman Sigma est paru en septembre 2017.

Ô toi auteur, tu ne connais pas tes lecteurs. Tu te représentes une foule indistincte, une constellation éparse, un groupuscule tapi dans l'ombre, et l'effroi te gagne parfois en songeant à cette ligue secrète à laquelle tu t'adresses confusément.

Ô toi auteur, il est temps de rencontrer tes lecteurs. Ils sont à Besançon et ils viennent d'Irak, de Malaisie, de Géorgie. Ils sont à Vesoul et ils ont 15 ans. Ils sont à Champagney et ils t'ont cuisiné une belle tripotée de questions. Ils sont à la Cluse-et-Mijoux et parmi eux se cache ton traducteur japonais, spécialement venu de Suisse pour te faire la surprise.

Ils ont les yeux brillants et ils en veulent pour leur argent. C'est-à-dire qu'ils ont lu ton livre, et ils ont deux mots à te dire. Ils exigent des explications, tu ne t'en tireras pas si facilement. Et toi, tu sautes de voiture en voiture, on te conduit au Russey, à Essert, à Valentigney, et tu négliges d'admirer le paysage car tu es encore à tes lecteurs, sous le coup d'avoir vu ton livre refleté dans leurs yeux. Tes mots ont plu ou déplu, ils ont infinitésimalement agi sur d'autres cerveaux, déplacé quelque chose en eux, et tu leur dois des comptes, à ces lecteurs.

Après les rencontres de la journée, tu fais une halte où tu croises d'autres auteurs. Que se disent les auteurs entre eux ? Ils échangent des propos élevés sur la littérature, suppose-t-on ingénuement. L'un dit, Cher confrère, permettez-moi de vous recommander la nouvelle traduction de La Montagne magique, et l'autre répond, Pardonnez-moi, mon bon, en ce moment je n'ai de temps que pour les Guermantes.

Or l'auteur veut savoir quand on mange. Il a besoin de forces et d'un bon lit pour être à la hauteur le lendemain, au spectacle de clôture. Avec des comédiens, il montera sur la scène du Scénacle, à Besançon. On lui demandera d'improviser face au public et il sera dans la lumière, lui qui avait choisi l'activité la plus obscure, il se livrera sous les spotlights et il adorera, car il n'aura pas seulement rencontré ses lecteurs, aux Petites Fugues, il se sera rencontré lui-même.

Les autres "Vu par..."

L'invitée

Le nom fait saliver : Les Petites Fugues. On imagine, on rêve, on a tous envie de fuguer. C’était mon désir en tout cas.

Lire la suite

Petite fugue, grande évasion

Le festival vu par Gauz, venu en 2019

Gauz a été photographe, documentariste et directeur d’un journal satirique en Côte-d’Ivoire. Il est l’auteur de deux livres parus aux éditions Le Nouvel Attila : en 2014, Debout Payé le propulse sur la scène littéraire, suivi par Camarade Papa en 2018.

Lire la suite

Un enchaînement des voix comme en musique

Le festival vu par Valérie Zenatti, venue en 2018

Valérie Zenatti est née à Nice. Elle est l'autrice de nombreux livres, notamment pour la jeunesse à l'Ecole des Loisirs. Ses derniers livres, Jacob, Jacob (2014), prix du Livre Inter 2015, et Dans le faisceau des vivants (2019) sont parus aux éditions de l'Olivier.

Lire la suite

L'art de la petite fugue

Le festival vu par Arnaud Rykner, venu en 2017

Arnaud Rykner est né en 1966. Auteur de romans, de pièces, ainsi que de plusieurs essais sur la littérature ou le théâtre parus chez José Corti et aux éditions du Seuil, il enseigne à la Sorbonne Nouvelle à Paris. En 2019 il sera en résidence à la Villa Kujoyama à Kyoto au Japon.

Lire la suite

Les Petites Fugues 2015

Le festival vu par Pierre Ducrozet, invité aux Petites Fugues en 2015

J’ai traversé la médiathèque et je me suis assis au fond. Devant moi, une classe de Seconde Pro, option mécanique, dans un lycée de Haute-Saône. On commence à parler, les mains se lèvent. Les gestes sont secs, francs, les questions aussi. Une des trois filles de la classe lève la main.

Lire la suite